jeudi 9 décembre 2010

LAFANCLUB'S ICONS Vol.19 : Inspecteur "TEQUILA" Yuen


Dix mois sans icônes ! Comment avons-nous pu vivre sans ? Alors permettez-moi de relancer cette merde avec un personnage originaire du pays champion du monde en démographie, la Chine.
Acteur charismatique et très prolifique devenu super star chez lui depuis bien longtemps, Chow Yun-Fat emportera certainement un ou deux Beretta dans sa tombe, tant l'image du flingueur invincible et invétéré lui colle à la peau. Qu'il ait incarné flic ou truand, il a toujours su s'imposer grâce à un savant mélange de classe et de testostérone, hissant la chorégraphie balistique au niveau de sport olympique. Là où tout ses collègues ont opté pour une formation Kung-Fu classique (comme tous ces connards), il choisit plutôt de se spécialiser dans l'art de trouer la peau, tout simplement.


Son art martial ? Celui qui fait parler la poudre. Le seul kata qu'il ait jamais appris ? Le combat imaginaire des 9mm. Vous l'aurez compris, on n'aura jamais vraiment l'occasion de le voir tabasser un méchant en le savatant façon Jet Li, tout au plus donnera-t-il un ou deux chassés typiquement coréens avant de finir le gars à la chevrotine. Mais rendons à César ce qui lui revient de droit, à savoir le travail du réalisateur John Woo. Il est évident que ce monsieur petit par la taille mais grand par le talent a fortement contribué à l'iconisation de l'acteur, créant de toutes pièces l'équivalent cantonnais d'un John McClane ou autre Martin Riggs. C'est à travers des films comme "A BETTER TOMORROW", "THE KILLER" et "HARD BOILED" que Chow-Yun Fat deviendra une figure incontournable du héros sévèrement burné et à toute épreuve.


Et c'est bien l'inspecteur "Tequila" Yuen qu'il incarne dans ce film qui nous aura le plus marqué. A ses rôles de criminel torturé et de tueur rédempteur, on préfèrera celui du flic vindicatif. Certes le plus cliché de tous, mais assurément le plus cool. Alors que le film se veut aussi proche du polar à l'ancienne que de l'actioner pur et dur, John Woo n'hésite aucun instant à catapulter son vieux copain dans une multitude de gunfights aussi invraisemblables que jouissifs dont il ressort totalement indemne non sans avoir dégommé plusieurs dizaines de malfrats. Battant James Bond sur son propre terrain, les deux Beretta éclipsent le Walther PPK, le cure-dent remplace la cravate et la Tequila frappée dissout le Vodka Martini. Et pendant que 007 fait du Pipeau, lui joue de la clarinette au Jazz Bar jusqu'au petit matin avant d'aller nettoyer un salon de thé de tous les trafiquants d'armes qui s'y trouvent. Vous doutez encore du personnage ? Il n'y a cas le voir charger nonchalamment son fusil à pompe, nous regardant droit dans les yeux l'air de dire "oh oui ça va chier".


Et comme si ça ne suffisait pas, L'inspecteur Hongkongais possède même aujourd'hui son propre avatar de pixels à travers le décérébré mais très efficace STRANGLEHOLD, suite vidéo-ludique du film A TOUTE EPREUVE rendant enfin un hommage officiel aux ballets de mort orchestrés par John Woo, bien des années après l'excellent MAX PAYNE.
Pouvoir incarner son icône favorite, c'est pas offert tous les jours alors ne vous privez pas !







Mazz

2 commentaires:

Anonyme a dit…

ah, ça rappelle des souvenirs tout ça. Si il ne devait rester qu'un seul Woo, ce serait Hard Boiled. Pourquoi? Parce que du thé on en trouve partout.

Sonny

smart ass a dit…

Oui mais pas aussi bon qu'ici...