mardi 16 mars 2010

Patate de Viking !

Film sans concession, "Valhalla Rising" tient plus de l'expérience sensorielle (gros sound design) que du film traditionnel (celui qu'on voit d'habitude quoi).
C'est un peu comme si le producteur avait dit : "Tiens voilà l'argent, fais ce que tu veux maintenant...".
Du coup Nicolas Winding Refn étire ses plans à l'infini, a une confiance totale en son talent pour se permettre d'écrire 5 minutes de dialogue dans une heure trente de métrage, et délivre un film beau et profond.
Et il est inutile d'être Michel Ciment pour reconnaître que le réalisateur danois est un inconditionnel de Mr Kubrick (voir les titres entre autre).
Mads Mikkelsen dans son personnage de guerrier écorché vif, tenu par des chaînes comme un chien en laisse pourrait bouffer 5 Maximus et 10 William Wallace facile.
Expérience donc, film odyssée, voyage initiatique, "Valhalla Rising" est un film à voir et surtout à vivre.
Foncez !



J.

5 commentaires:

Charcuterie du 7ème a dit…

on y va ce soir 22h (au Comoedia) pour ceux que ça intéresse.
A priori j'ai lu que c'est un film où le héros ne fait pas avancer l'histoire mais qu'il subit les événements. Perso ça m'interesse bcp.

life and death a dit…

jlais vu jsui dsl mais c de la grosse merde jsuis deçu moi qui pensait que jallais voir des vrai combat jai pour aisin dire rien compris a ce navet...

Anonyme a dit…

Cher Life and death.
Si tu cherchais le nouveau braveheart tu as effectivement du être déçu.
Maintenant peut être que tu penses que c est un navet parce que tu n as pas compris non ?

J.

darkdavor a dit…

1001, l'Odyssée des vikings.
Une expérience.

Arnaud BETEND a dit…

J'ai trouvé que ça tournait un peu à vide, assemblant les références avec de belles images "arty". A mes yeux, la réf numéro un, c'est "Aguirre" d'Herzog.(Refn reprend même certaines scènes précises, comme la flèche d'un ennemi invisible que reçoit l'un des guerriers, alors qu'ils remontent un cours d'eau bordée par une forêt luxuriante.) M'étonnerais pas que le projet ait été vendu comme un "Aguirre viking".
Mais là où Aguirre dépeint une magistrale descente aux enfers (verts)motivée par la soif de l'or, qui s'achève sur la folie et l'extrême solitude, Vhallala rising n'émeut pas. Ne raconte pas grand chose... Aucune ampleur, malgré la beauté des décors. Les propositions faites pour évoquer la motivation de ces guerriers (la foi, a priori) font pacotille. Après, ça cite Conan, Kubrick pour se donner une pseudo âme... Mais le voyage initiatique tourne à vide.
Faute de moyens,peut-être, la traversée de l'océan est d'un ennui mortel. Et la rencontre avec les Indiens d'un convenu !
Reste un personnage principal emblématique et une belle scène d'intro, d'une chouette bestialité !! Plus qu'une semi-déception, quand même...
Après, ne connaissant pas les mythologies nordiques, je suis certainement passé à côté du sens. On m'a évoqué Odin, qui renvoie au caractère borgne du personnage principal... Peut-être que l'histoire présente tout un système de double-sens renvoyant à la mythologie. Mais au vu du patchwork cinématographique, je ne serais pas étonné que ce soit de la poudre aux yeux. (à l'œil devrais-je dire.). J'aimerais bien lire un commentaire éclairé à ce sujet.